Conte de la femme qui portait le monde en elle




Conte de la Pleine lune d'août



Lune presque pleine, Mongolie août 2019


Il était une fois une petite fille qui se trouvait relativement seule. Elle eût la chance, en grandissant, de tisser plein de liens avec divers animaux, un chat, des oiseaux, des chiens, des poneys puis des chevaux… des animaux imaginaires aussi et des animaux à poils et à plumes, à caresser.


Sa vie se remplit alors de cette affiliation au peule animal.


L’enfant grandit et devint femme. Elle fonda une famille et continua à accueillir le peuple animal dans sa maison.

Mais il lui semblait toujours ressentir un vide intérieur par moment, malgré une vie bien remplie.


Une année de profonde remise en question arriva dans sa vie. Elle ne savait plus vraiment ce qu’elle souhaitait faire, quel chemin suivre. La femme avait besoin d’une guidance, mais pas d’une solution extérieure.


Nous étions à une période particulière de l’année solaire, au moment où les nuits sont les plus longues. A cette période, les voiles entre les mondes sont fins et les nuits sont Magiques.


Suivant son intuition, la femme se retrouva à l’orée d’une antique forêt primitive. Elle reçut la guidance du grand Cerf, gardien du lieu. Ce dernier la mena sous un immense hêtre, plusieurs fois centenaire. Il la laissa alors face à elle-même, dans la forêt magique.


La femme se posa au pied de l’arbre majestueux et elle ressenti alors un écrasant sentiment de solitude. La forêt lui reflétait ce qui demandait à être guéri…


Puis la femme accepta de ressentir ce sentiment de solitude et elle se posa encore plus profondément dans le sol de la forêt, au cœur du réseau de racines de l’arbre qui la protégeait. Elle commença à se sentir portée par la Terre, ancrée après du Hêtre, et elle eut alors l’idée de s’ouvrir aux autres consciences qui l’entouraient.


Elle remarqua alors qu’elle n’était pas seule, car elle voyait des fourmis, puis elle prit conscience des fourmilières. Elle tendit l’oreille et elle entendit une chouette, puis un autre oiseau et un autre et encore un autre…Elle prit alors conscience des plantes qui l’entouraient et chaque nouveau lien l’apaisait. Elle se sentait bien, reliée au vivant, accueillie, bienvenue là dans la forêt magique, dans le calme des nuits noires pendant lesquelles le soleil allait commencer à remonter.


Totalement en sécurité, portée par les êtres bienveillants de la forêt, la femme descendit alors en elle. Elle rencontra sa forêt intérieure. Cette forêt était immense, profonde et magique sombre et lumineuse. Elle rencontra son arbre de vie, qui abritait tous ses guides, des animaux des force et tous les esprits qui la guidaient et la protégeaient.


La femme pris conscience en elle d’une force sauvage, elle voyagea dans ses forêts secrètes, elle plongea dans ses calmes lacs, elle se revitalisa devant ses rivières bondissantes…Il y avait encore tant de lieux à explorer en elle. Elle s’arrêta après d’un feu, un feu qui, elle le sentit, brûlait depuis son premier jour. Ce feu irradiait une lumière qui ne s’éteindrait jamais !





Elle sut alors que désormais, où qu’elle aille, elle ne serait plus jamais seule : elle abritait la forêt en elle. Elle comprit qu’elle portait le monde.


La femme, dès sa sortie de la forêt, donna naissance à son futur…

© 2020/Planète Indigo - Sandra Massy - +41 79 647 91 24 - infoplaneteindigo@gmail.com - Suisse

  • Facebook
  • Instagram