S’offrir le temps de dire je t’aime

Je vous invite dans cet article à vous poser tranquillement et à vous demander ce qui est réellement important, surtout en regard de la mort de nos proches... Et ce qui m'est apparu ces derniers jours, en lien avec le portail de Samhain qui arrive, c'est qu'il faut s'offrir le temps de dire je t'aime à nos proches, humains et non humains, à poils, à plumes, à écailles et j'en passe, parce qu'un jour notre lien ici bas s'arrête. Et ce lien continue, se transforme mais on ne peut plus se dire je t'aime de la même manière, les yeux dans les yeux et le coeur sur la main...





Est-ce que toi aussi tu te dis régulièrement que tu n’as pas le temps ? Pas de temps pour toi ?


Pas le temps de te faire ce qui te ressource ?


Pas le temps pour juste te poser avec ton animal ou tes proches pour partager des instants de paix et d’amour ? qu’il y a plus important et urgent à faire ?


Alors je te partage les clins d’œil de l’Univers de ces derniers jours…


Tout d’abord Une Follie (notre très vieille jument de 36 ans) a à nouveau défendu son chez-elle mais cela s’est retourné contre elle… Je vous raconte. Samedi, j’ai remarqué que Follie faisait passablement de grimaces à Stella à travers la barrière et j’ai simplement dit à Follie d’arrêter. Mais en bonne vieille dame têtue, elle a continué et dimanche matin, je l’ai trouvée emprisonnée dans le fil électrique qui sépare les juments.


Alors je vous rassure, plus de peur que de mal, j’ai pu la libérer et elle a une toute petite plaie de rien du tout et galope comme si de rien n’était.


Mais en la voyant couchée au parc, mal en point, parce que sur le moment elle ne faisait pas la maligne, il m’est apparu clairement que cette vieille jument avait plus que l’âge de nous quitter. Et même si je souhaite de tout cœur qu’elle puisse s’endormir en paix, alors que je ne savais pas si c’était grave ou pas, ma première pensée fut que je ne lui avais pas assez dit que je l’aimais et qu’elle était tellement importante dans ma vie. Alors je me suis promise de le lui dire depuis l’espace de mon cœur à chaque fois que je la vois, et je fais de même avec tous les autres êtres vivants du jardin !


Sur ce, au cas où je n’avais pas bien compris le message, je reçois un livre d’un de mes auteurs préférés, Irvin Yalom.


Mon compagnon, qui l’a vu en librairie, me l’a acheté. Irvin Yalom est un psychiatre américain qui a beaucoup écrit sur la thérapie et la thérapie existentialiste. Il a beaucoup écrit sur la mort ou plus précisément sur tout ce que nous mettons en place pour éviter l’angoisse de cette dernière. Il a écrit tant des livres pour les professionnels que des romans passionnants (euh qui m’ont passionnés en tous cas…) .


Vous l’avez compris j’ai dévoré son dernier livre, écrit avec sa femme, Marylin Yalom, alors que cette dernière se battait contre un cancer. Ecrit à 4 mains, c’est un témoignage poignant sur la fin de vie, sur le deuil, sur la vie. Il se termine avec un seul auteur, Marylin Yalom ayant laissé Irvin continuer sa vie sans elle.


Et ce qui m’a le plus marqué dans cette lecture, c’est ce sentiment que l’on n’a jamais assez de temps et que quand le moment de se quitter arrive, la liste est longue de toutes les choses que l’on ne peut plus faire et que l’on ne fera plus jamais ensemble… Et Irvin et Marylin ont été mariés pendant 65 ans !!!


Alors je décide de prendre le temps de dire à ceux que j’aime qu’ils sont importants, de le dire et de le ressentir, de le vibrer, parce qu’un jour on ne pourra plus le faire ensemble. Et même si on peut bien évidement se le dire autrement une fois de l’autre côté, il reste le manque et le vide pendant un certain temps avant que seule la joie de nos vies entrelacées subsiste.


Cela vaut la peine de savourer chaque seconde de vie partagée avec nos proches, humains et non-humains, à poils, à plumes, à écailles, à carapace, …


Et pour honorer tous ceux qui ont déjà traversé, nous allons célébrer le puissant portail de Samhain dimanche ! Si vous sentez que vous avez besoin de mettre de la lumière dans ce moment, rejoignez-nous !


Sandra, tisseuse de liens avec les animaux et la roue de l’année