Une autre manière d'être en lien

Les chroniques d’Une Follie (qui veille sur ce que je tisse)


Les énergies se sont bien posées dans le jardin, les juments ont pu tester et expérimenter différentes manière d'être ensemble.


Il semble qu'Une Follie est tout de même bien plus tranquille quand elle a son espace personnel rien qu'à elle pour dormir et manger.


Stella et Bianca, Planète Indigo


Alors depuis cet espace de paix et de tranquillité, je me suis offert des moments avec chacune.


Désirée est tellement contente d'être là sans devoir faire quelque chose de spécifique. Elle est toujours ravie de partager des moments de soins, gratouilles et autres caresses.


Une Follie aime par-dessus tout être brossée parce qu'elle est souvent la proie des insectes et que cela la démange apparemment beaucoup. Elle a une préférence pour l'étrille en métal sous le ventre et si je ne la gratte pas assez à son goût, tous les arbres/arbustes/plantes du jardin et dans les parcs sont utilisés pour faire office de grattoir...


Stella se pose enfin entièrement. Elle peut se reposer, mais aussi se positionner face aux autres. Elle est, malgré sa petite taille, relativement dominante. Elle apprécie beaucoup les câlins et les gratouilles aussi. Je sens qu'elle est vraiment soulagée de ne plus avoir d'obligation de travail et quand des personnes viennent pour des soins/formations/cercle et que nous entrons chez les chevaux, finalement elle est curieuse et vient toujours chercher le contact.





Et il reste Bianca... Bianca la petite dernière et la plus atypique des quatre... Atypique parce que je l'ai depuis ses six mois et que je crois que l'on a une relation différente avec un animal que l'on a depuis qu'il est sevré. Atypique parce qu'étant de race mini-shetland, elle ne sera (comme Stella), jamais montée. Atypique parce que depuis qu'elle est dans ma vie, elle me montre qu'il y a une autre manière d'être en lien avec les équidés que toutes celles que j'ai pu expérimenter jusqu'à aujourd'hui. Atypique parce qu'elle est tellement petite et délicate qu'elle remet en question toutes mes manière de faire. Et atypique parce qu'elle a vécu ses années de poulain avec Stella et quelques humains pour se construire, donc autant dire qu'il lui manque quelques codes de base des équidés...


Donc me voilà avec cette demoiselle qui elle, au contraire des trois autres, n'est pas dans une posture de goûter à la paix de ne plus être en lien avec des cavaliers ou des humains en demande de mieux-être.


Elle va vivre sa vie de jument tout jeune adulte ici et nous allons co-créer notre lien et les codes sont à inventer, hors de tout cadre connu.


Je n'ai pas de plan de prévu, je n'ai aucune attente si ce n'est que nous devons nous comprendre au mieux et faire en sorte que nos interactions soient le plus harmonieuses possibles et que chacune puisse s'exprimer et être entendue.


Je me suis souvent questionnée par le passé sur le fait que nous imposions tellement de choses aux animaux et qu'ils n'ont souvent pas leur mot à dire. Par exemple quand vous promenez votre chien ou que vous montez à cheval. Le nombre de fois que l'on tire, que l'on pousse, que l'on décide seul du chemin pour les deux. Il y a un article ici qui explore cette frontière que j'avais identifié entre se sentir utile ou utilisé...


Le nombre de fois qu'un animal ne peut dire non à ce que nous proposons.


Alors je crois que je vais vraiment explorer une nouvelle manière de faire avec Bianca. Je vais essayer de ne pas la contraindre (ou le moins possible) pour faire les soins, pour interagir avec elle. Je ne vais pas non plus la récompenser avec des friandises.

Je vais expérimenter ce que cela fait d'interagir en souveraineté pour moi et pour elle. De construire un lien hors des normes habituelles. Ou chacune est libre d'être qui elle est... de dire oui ou non et de ne pas être contrainte...


J'ai commencé à montrer à Bianca qu'elle ne peut pas ignorer mon espace personnel et qu'il faut qu'elle demande avant de rentrer dedans. Une fois que nous avons les deux dit ok on se rencontre alors elle peut venir prêt de moi et avoir des gratouilles.


Parfois elle pars quand je ne la laisse pas être envahissante et des fois elle réfléchit et attend patiemment.


Je suis vraiment curieuse de voir ce que cela va donner sur le long terme... et vous, des expériences de votre côté ? de la curiosité face à ce que cette relation va permettre (ou pas) ?


Sandra, tisseuse de lien avec les animaux du jardin :)